notre vidéothèqueTous les films

Edmond, un portrait de Baudoin

Laetitia Carton, 2014, 80’


La médiathèque du bassin d’Aurillac, qui semble t-il prendrait bien l’habitude de nous offrir une carte blanche en clôture de son mois du doc, nous a demandé pour 2016 un film autour du thème "passion, passionné". En précisant bien, "pas obligatoirement un portrait" (ça voulait dire : "voire pas un portrait"). Ah ! Parce que nous on a tout de suite pensé à Edmond, et Edmond, c’est quand même un peu un portrait. Mais bon, c’est pas n’importe quel portrait. D’abord, c’est celui de Baudoin. Et ça, comme nous sommes quelques connaisseurs en BD, c’est pas rien. Et puis c’est un portrait par Laetitia Carton, et comme nous nous y connaissons aussi un peu en documentaires ...
Et puis tout simplement ce film on l’a vu, on l’a aimé (beaucoup), alors on vous l’offre. C’est plus qu’un portrait, c’est une vision de la vie. Baudoin pose la question de la passion. Pas la passion du dessin, la passion en général, la passion tout court. Baudouin n’est pas passionné de, ou par. Il est Passionné.


"Edmond Baudoin est auteur de bandes dessinées. Il signe ses livres Baudoin. Moi, je l’appelle Edmond. La matière première de ses livres, c’est lui, sa vie. Il a été l’un des premiers à introduire l’autobiographie dans la bande dessinée. À Villars, son village du Var, devant un mur de pierres, Edmond peint, il marche, il danse, il aime."

Laetitia Carton fait des beaux films. Edmond est un film de Laetitia Carton. Edmond est un beau film. Le premier qu’on propose avec Peuple et Culture, pas le premier qu’on voit et qu’on aime. Alors ça nous fait vraiment plaisir ...

La réalisatrice :

Laetitia Carton est née en 1974 à Vichy. Elle vit et travaille sur le plateau de Millevaches. Après des études aux Beaux-Arts de Clermont-Ferrand, elle expose son travail dans des lieux d’art contemporain dès sa sortie de l’école. Puis elle fait un post-diplôme à l’école d’art de Lyon. C’est là, avec Jean Pierre Rhem, son « tuteur », qu’elle rencontre le documentaire de création. Elle décide alors de prendre un autre chemin et fait un Master de réalisation documentaire à Lussas.

Son film de fin d’études, D’un chagrin j’ai fait un repos, a été sélectionné et primé dans plusieurs festivals à travers le monde.

En 2009, elle réalise un premier documentaire de 90’ pour la télévision, La Pieuvre. Il est sélectionné au FIPA 2010, à Leipzig, à Tubingen.

Edmond, un portrait de Baudoin est son premier long-métrage documentaire pour le cinéma, il a obtenu le Grand Prix du festival « Traces de Vies » à Clermont-Ferrand en 2014.

Puis elle sort début 2016 J’avancerai vers toi avec les yeux d’un Sourd.
Comme à chacun de ses films, les critiques sont unanimement enthousiastes.


Le dessinateur

Laissons le parler ...

"Je suis né le 23 Avril 1943 à Nice.

Je suis sorti de l’école à 16 ans. J’ai été « appelé sous les drapeaux » en 1962, et parce que je tirais trop bien au fusil, et qu’on avait besoin de moi pour des concours en France, je ne suis pas parti faire la guerre en Algérie. J’ai travaillé ensuite comme comptable au Plaza de Nice.

Vers l’âge de 30 ans, l’idée de mourir sans faire du dessin tous les jours de ma vie m’est devenue insupportable.

J’ai alors quitté la comptabilité pour retourner dans mon rêve d’enfant. Personne ne m’attendait dans le « monde de l’art », j’étais un peu fou et pauvre pendant une dizaine d’années. (La pauvreté dans les années soixante-dix était plus supportable que celle d’aujourd’hui, il me semble). Aujourd’hui, dans un monde où les borgnes sont rois, je suis célèbre et vit (bien) en faisant des petits mickeys. Le dessin m’a emmené à la bande dessinée qui m’a fait découvrir le bonheur d’écrire. Je me l’interdisais à cause d’un passé de nullité scolaire dans les domaines de l’orthographe et de la grammaire. Par un chemin compliqué, la bande dessinée m’a emmené vers la danse contemporaine, j’ai participé à la création de spectacles avec Béatrice Mazalto et Carol Vanni. La modernité de cet art a grandement influencé mon travail de narration avec les cases et les bulles. La danse m’a fait aimer la musique. J’ai fait des performances avec des musiciens de jazz, de rock, et des musiciens classiques.
[...]
Je peins aussi, dans ce domaine, je suis un débutant. Il me faut donc vivre encore longtemps.

Je suis grand père de huit petits-enfants, pour l’instant."

http://www.edmondbaudoin.com


La Bande-annonce :


La technique :

Un film de Laetitia Carton

Produit par Sophie Germain et Olivier Charvet

Scénario Laetitia Carton et Edmond Baudoin

Musique originale Christophe Monniot

Image et son Laetitia Carton

Montage Julien Chigot, Anne Argouse, Laetitia Carton

Montage son Nicolas Joly

Mixage Julien Perez

Etalonnage Eric Salleron

Une production Kaléo Films, avec la participation du Centre National du Cinéma et de l’image animée, le soutien de la Région Limousin et de la Région Provence-Alpes-Côte d’Azur, en partenariat avec le CNC. Financement participatif via Ulule. Musique originale composée et enregistrée avec le soutien de la SACEM, en association avec Alcimé (Festival international du Film d’Aubagne)


Voir en ligne : Le site du film


    Depuis 2013 que nous savons archiver les dates des séances, ce film a été ou sera projeté :
    Le 24 novembre 2016 à 20h30 à Aurillac, Cinéma Cristal