notre vidéothèqueTous les films

Elf, la pompe Afrique

Arnaud Legoff, Bernard Scho,France, 2006, 120’



Une comédie pétrolière de et par Nicolas Lambert
C’est l’histoire d’un comédien qui met en scène l’un des plus grands scandales politico-financiers français… un imbroglio politico-judiciaire raconté par ses protagonistes. Histoire de comprendre …

De quoi ça cause ?

De fin mars à début juillet 2003 s’est déroulé en public au Palais de Justice de Paris, le procès intenté par la compagnie pétrolière Elf à 37 prévenus dont messieurs Loïk Le Floch-Prigent, 57 ans, Alfred Irven et André Tarallo, 76 ans tous les deux. Ce qui est officiellement jugé, ce sont les abus de biens sociaux commis au détriment de la compagnie pétrolière pendant les quatre années de la présidence de Monsieur Le Floch-Prigent, de 1989 à 1993.

Cette affaire, dont tout le monde a entendu parler, fait déjà partie de l’histoire politique française car il a fallu huit ans à la juge Eva Joly pour clore son instruction et amener pas moins de 37 prévenus devant le tribunal.

Un compte-rendu de procès n’est pas un texte particulièrement passionnant. Pourtant, Nicolas Lambert, avec sa lecture du compte-rendu de l’affaire ELF, a réalisé une œuvre théâtrale remarquable. Il joue tous les principaux personnages de cette ténébreuse affaire, dans laquelle se mêlent détournements de fonds, financement de guérillas africaines, corruptions d’hommes politiques, abus de biens sociaux et — quand même ! — intérêts pétroliers.


La réclame


Deux mots de Nicolas Lambert

« Comment vous est venue l’idée de faire un spectacle de l’affaire Elf ?

J’ai assisté presque par hasard à ce procès. En fait j’avais déjà travaillé sur la prison et je
voulais voir de près comment les choses se passent avant cette étape. C’était au moment du
procès Elf. J’ai alors voulu savoir comment un dirigeant d’entreprise en haut de sa tour Elf
pouvait devenir délinquant. Délinquant comme un gamin au pied de sa tour de banlieue.
Dans les deux cas se sont deux isolements du monde banal.
Dans ce procès on a pu entendre des dizaines de choses qui auraient pu faire sauter la
République. Il est question de corruption, de financement occulte des partis politiques, de
mainmise sur des ressources pétrolières dans d’anciennes colonies françaises. Et puis on y
a appris que l’entreprise était un relais de l’Etat pour maintenir certains pays sous son
influence. Je ne suis pas sûr que le travail pour dénoncer tout cela ait été parfaitement fait
par les médias. Le théâtre, c’est un outil qui permet de montrer et dire beaucoup de chose.
"Elf, la pompe Afrique", c’est du théâtre documentaire. »


Kikiafékoi

Réalisation : Arnaud Legoff et Bernard Scho

Production : Big Eyes Productions / Pharmacy-Pictures / Un Pas de Côté

Distribution : Bac Films


Voir en ligne : Le site de la companie de Nicolas Lambert