notre vidéothèqueQuand c’est pas du cinéma ...

L’oeil écoute : Un morceau de chiffon rouge

Pierre Barron, Raphaël Mouterde et Frédéric Rouziès, France, 2012


L’année précédente, on vous avait proposé un doc sonore marin. Cette fois, mars 2013, retour sur la terre et dans les airs avec ce documentaire sur l’histoire d’une radio de sidérurgistes en lutte.

Un travail admirable de trois compères fascinés par l’histoire de Radio Lorraine Cœur d’Acier. Où l’on entrevoit ce qui peut se faire jour de réflexion, de richesse dans le débat et d’envie de secouer les puces d’une société qui pense à leur place, lorsque ceux à qui on refuse le droit à la parole s’en emparent.

Michel Olmy, secrétaire de l’Union locale de la CGT, Frédéric Rouziès, l’un des trois compères, et Sylvain Lacam, auteur de l’habillage sonore, étaient des nôtres pour partager l’histoire croisée de Radio LCA et de la création d’un documentaire radiophonique. La radio est un outil de création extraordinaire. On en est convaincus.

Très belle soirée, de celles où en sortant on se dit que c’est pour ça qu’on est engagé à PEC. Quand l’esthétique et le politique rejoignent la convivialité et l’originalité. 4 militants de PEC qu’on ne citera pas ici pour ménager leur modestie, nous avaient concocté un décor d’époque, reconstitution du studio de LCA jusqu’au cendrier d’époque débordant et au calendrier des postes 1979, en passant par le micro et le casque, la table en formica etc...
La cinquantaine de personnes présente aura été séduite et les intervenants ne regretteront pas l’accueil.


L’histoire d’une radio libre. Une aventure extraordinaire d’humanité, une lutte âpre, et une liberté de ton qui semble bien absente de notre quotidien radiophonique.

De quoi ça cause ?

Lorraine Coeur d’Acier émet pour la première fois le 17 mars 1979 à Longwy.

Fondée par la CGT, cette radio avait un premier objectif : mobiliser pour la grande manifestation à Paris des sidérurgistes le 23 mars 1979.

Immédiatement, cette antenne se fait l’écho de la lutte pour la sauvegarde des emplois dans la sidérurgie (menacés par un projet européen de restructuration du secteur, le plan Davignon).

Radio de lutte, LCA est aussi une radio de libre expression : droits des femmes, paroles de travailleurs immigrés, culture, histoire, revues de presse...
Rapidement l’antenne se diversifie et devient le lieu de tous les débats.
La population ne s’y trompe pas et écoute massivement la radio, elle la défendra aussi face aux forces de l’ordre et pour mettre fin au brouillage de l’antenne.

Car LCA est la première radio à briser durablement le monopole d’Etat. C’est aussi la première fois que, accompagnée par une poignée de journalistes professionnels dont Marcel Trilla et Jacques Dupont, la population s’empare ainsi des micros, pour faire entendre d’autres voix.

Trente ans après, Pierre Barron, Raphaël Mouterde et Frédéric Rouziès, trois passionnés de radio, ont plongé dans ces archives sonores uniques dans leur genre et exhumé des centaines d’heures d’antenne, dont ils ont extrait cinq heures d’émissions.

La paroles de ces sidérurgistes, de ces hommes, de ces femmes, de ces enfants, de tous les habitants du bassin de Longwy y est forte, parfois pleine de colère. Au final, ces archives dévoilent une parole qu’il est de nouveau possible d’entendre plus de trente ans après.

Toutes les infos sur le site du coffret par ici.


LCA sur Paris Inter !


Kikiafékoi


Les auteurs : Pierre Barron, Raphaël Mouterde et Frédéric Rouziès

Production, distribution : NVA


Voir en ligne : Le site du théatre béliache qui nous ouvre ses porte pour cette soirée


    Depuis 2013 que nous savons archiver les dates des séances, ce film a été ou sera projeté :
    Le 8 mars 2013 à 20h00 à Aurillac, Théâtre Beliâshe, bld des Hortes