notre vidéothèqueTous les films

Un soir d’été, un étranger

D’olivier BERTRAND, 2007, 46’



Dix ans plus tôt, des habitants d’un village d’Île-de-France avaient caché un immigré clandestin marocain dans leurs greniers. Dix ans plus tard, je reviens dans ce village, pour essayer de comprendre pourquoi ils ont ouvert leurs portes. Qu’est-ce qui fait que l’on entre en résistance ?


Articles

Ce documentaire a la particularité de s’intéresser non pas à des initiatives d’associations, de militants mais à celles de citoyens ordinaires qui confrontés de façon imprévue à l’arrivée d’un étranger en situation irrégulière décident de l’accueillir.

Comment cela s’est passé, comment un réseau de relations et d’actions s’est mis en place. Comment ont-ils improvisé en réponse à une situation à laquelle ils n’étaient pas préparés des comportements en marge de la légalité en dehors de tout recours à des procédures légales et juridiques et à leurs experts ?

A quels motifs, différents pour les uns ou les autres souvent puisé dans leur histoire et leurs expériences, ont-ils eu recours pour agir de cette façon et pour décrire dix ans après ce qu’ils ont fait ? Profa city


Un homme étranger en fuite était apparu au fond de leur jardin, il a bredouillé quelques mots qu’ils n’ont pas compris, ils ont répondu mais l’homme s’est sauvé. Sans réfléchir, ils lui ont couru après, lui ont donné à manger, l’ont hébergé… Mais voilà, « sans réfléchir », ils étaient devenus hors la loi.

Que faire, comment faire, à qui s’adresser, à qui faire confiance… pour cette famille puis petit à petit pour quelques voisins mis dans la confidence, pas question de remettre dans la rue cet homme sans papiers comme l’exigerait la loi !

Cette histoire s’est passée 10 ans plus tôt, dans une petite bourgade agréable d’Ile de France, les souvenirs remontent…

On se souviendra longtemps de ces familles généreuses, accueillantes, drôles, qui n’en reviennent toujours pas de cette situation bizarre dans laquelle ils se sont fourrés sans réfléchir, mais qu’ils ne regrettent pas.

C’est cette histoire qui est comptée là, petite histoire modeste, sans prétention, comme celles de tous ces gens qui à un moment ou à un autre de notre histoire, par une décision instinctive et courageuse, ont sauvé notre pays du déshonneur absolu.

Olivier BERTRAND nous fait partager une belle rencontre et rend ainsi hommage à tous les « désobéissants » qui à un moment donné trouvent qu’ il faut savoir dire NON à une loi injuste et insupportable.
RESF Martigues


Extrait


Réalisateur : Olivier Bertrand

Olivier Bertrand a terminé ses études aux Ateliers Varan en 2007. Un soir d’été, un étranger est son premier film. Deux autres films sont en préparation : un court métrage de fiction et un second documentaire.


Production : Ateliers Varan