notre vidéothèqueTous les films

Walter, retour en résistance

Gilles Perret



Le nom de « Walter » et le mot « résistance », Gilles Perret les a toujours associés. Avant même de savoir ce que cela signifiait, Gilles savait que son voisin Walter avait été déporté dans un camp de concentration du nom de Dachau …

Aujourd’hui Walter Bassan a 82 ans. Il vit avec sa femme en Haute-savoie, et mène une vie pour le moins active. D’écoles en manifestations, de discours engagés en témoignages de la guerre, Walter continue son long combat, fait de petites batailles, contre toutes les formes de démagogies, d’injustices et d’oppressions. De même que lorsqu’il avait 18 ans, et qu’il « jouait » comme il dit, à distribuer des tracts anti-fascistes dans les rues commerçantes d’Annecy alors occupée, Walter agit en écoutant son cœur. « Je n’ai pas changé », comme il se plait à rappeler.

Partageant ces mêmes « raisons du cœur », Gilles Perret réalise ici un portrait vivant de cet homme calme et insurgé. Nous sommes invités à les suivre en passant du Plateau des Glières à Dachau, à faire des retours en arrière pour mieux comprendre l’Histoire, à partager leurs inquiétudes face à un monde où l’inégalité et l’injustice gagnent sans cesse du terrain, à poser les questions qui fâchent...

Sans prétention, et avec la même simplicité et constance que Walter, ce documentaire révèle l’actualité, l’importance, et la nécessité, d’une résistance au quotidien.

Extrait du film

Biographie du réalisateur :

A quarante ans, Gilles Perret compte 11 documentaires longs, ancrés pour la plupart dans la réalité de ce pays qui est le sien, les Alpes. C’est sa manière à lui de se plonger dans le tourbillon du monde actuel. Il s’attarde chez ses voisins de vallée pour mieux aborder la réalité du monde politique et économique mondiale… C’est ce regard singulier qui a fait le succès de « Ma mondialisation », sorti en salle, diffusé sur France 3, puis Arte, et fort remarqué dans la presse.
Ce regard se pose une fois de plus sur un voisin, ancien résistant, ancien déporté, et le film « Walter, retour en résistance » pose la question de savoir si le verbe « résister » peut se conjuguer au présent.
Ses escapades sociales et économiques ne lui ont cependant jamais fait oublier la montagne…et ceux qu’elle fascine. Gilles aime se frotter aux sommets en compagnie de ses amis les alpinistes comme Marc Batard dont il a tiré le portrait dans « L’homme qui revient de haut », grand prix du festival de Banff au Canada.

Production/ Distributeur

La Vaka/ Jean-Jacques Rue


Voir en ligne : Walter en résistance